logo katana no sekai

Pièces de katana | Katana

Le katana est une arme très complexe, et de nombreuses pièces composent l’ensemble. Afin de bien prendre soin de votre katana, il est important de comprendre les différentes parties du katana et ce qu’elles font. En prenant le temps de vous renseigner sur les pièces de katana, vous pourrez garder votre katana en parfait état et vous assurer qu’il reste une arme mortelle. Dans cet article de blog, nous verrons tous les parties d’un katana.

Lame de katana

pièces de lame de katana

Nagasa

nagasa

Katana nagasa fait référence à la longueur de la lame d’un katana. Le mot « nagasa » peut également être utilisé pour désigner la longueur totale d’un katana, y compris la poignée et le fourreau. Nagasa est généralement mesuré en shaku, avec un shaku égal à environ 30 centimètres.

Sori

sores

Katana sori fait référence à la courbe d’une lame de katana. C’est un aspect important de la conception de l’épée et affecte la façon dont l’arme est utilisée. Vous pouvez calculer le sori en ajoutant la longueur de votre lame (nagasa) et la ligne perpendiculaire qui fait l’écart entre le point le plus éloigné de la courbe du katana et le nagasa (voir ci-dessus).

Shinogi et Shinogi-ji

katana shinogi

Shinogi est un terme japonais désignant la partie surélevée de la lame d’une épée, allant de la poignée à la pointe. Shinogi fait également référence à la ligne où le tranchant de la lame rencontre le corps de l’épée. Sur un katana, le shinogi court généralement sur toute la longueur de la lame.

Cette ligne de crête est créée en martelant une rainure dans le métal, puis en repliant le métal sur lui-même. Cela se traduit par une épée plus forte qui est moins susceptible de se casser pendant la bataille.

Le shinogi donne à la lame force et durabilité, et aide également à dévier les attaques ennemies. De plus, le shinogi fournit un endroit où le fabricant de l’épée peut signer son nom.

Hamon

katana hamon

Le katana hamon est un type de technique de forge d’épée utilisée pour créer les motifs distinctifs que l’on voit sur les épées japonaises.. Le mot hamon signifie littéralement « motif de bord » et fait référence à la ligne qui longe la lame juste au-dessus du tranchant. Cette ligne est créée par durcissement différentiel, un processus dans lequel le corps de la lame est chauffé et trempé afin de créer un tranchant dur et tranchant, tandis que le dos de la lame n’est pas durci. La lame bicolore résultante est ensuite soigneusement gravée pour faire ressortir le hamon.

Boshi

katana boshi

Katana boshi est la ligne de tempérament hamon qui s’étend jusqu’au kissaki (pointe d’épée) que l’on trouve couramment sur les épées japonaises. Ils se caractérisent par leur pointe acérée et effilée et leur longue lame recourbée. Les Katana boshi sont généralement fabriqués en acier à haute teneur en carbone, ce qui leur confère leur dureté et leur résistance distinctives. En raison de leur tranchant et de leur force, les katana boshi sont souvent utilisés pour des attaques d’estoc plutôt que pour couper.

Yokoté

yokote katana

Le Yokote est la ligne de pointe qui fait la transition entre le corps de la lame et la section kissaki ou pointe. Yokote n’est pas présent dans tous les styles de lame, comme la lame peu commune de style shobu zukuri, dont la pointe est plus adaptée au tranchage qu’à la poussée.

Kissaki

katana kissaki

Le kissaki d’un katana est le bout pointu de la lame. C’est généralement la partie la plus tranchante de la lame et elle est utilisée pour la poussée et la coupe.

Le terme « kissaki » peut également désigner la forme générale de la pointe de la lame, qui peut être arrondie ou carrée. Le kissaki lui-même est généralement assez petit, mais la forme générale peut varier considérablement.

Ha

Ha-katana

Le katana « Ha » est à la pointe. En raison du durcissement différentiel, cette partie de la lame sera sensiblement plus rigide et plus dure que le reste de la lame.

Bohi

Bohi

Le bohi (littéralement « rainure d’épée ») est une caractéristique distinctive que l’on retrouve sur de nombreuses épées japonaises. Il fait référence à une ou plusieurs rainures taillées dans la lame de l’épée, allant de la base de la lame vers la pointe.. Le bohi servait à plusieurs fins, y compris à la fois fonctionnelles telles que l’équilibrage de l’épée et la réduction de son poids, mais aussi esthétiques.

Nakago

nakago

Un nakago (katana tang) est la partie de la lame du katana qui s’étend dans le manche. En d’autres termes, le nakago est la section de la soie du katana qui dépasse de la base du manche.

Manche Katana

Habaki

katana habaki

Le habaki est un petit morceau de métal qui se trouve à la base de la lame, près de la poignée. Son but est de garder l’épée bien ajustée dans son fourreau et également pour fournir un joint étanche afin qu’aucune humidité ou saleté ne puisse pénétrer.

Le habaki est généralement en laiton, mais peut également être en d’autres métaux comme le cuivre ou l’acier. Il est souvent décoré de motifs complexes et est considéré comme une partie très importante de l’épée.

Le habaki peut également être connu sous le nom de « protège-gorge » ou « collier d’épée ».

Seppa

seppa katana

Seppa est un petit disque métallique traditionnellement utilisé pour fixer la poignée du katana sur la saya (fourreau). Seppa peut être fabriqué à partir d’une variété de matériaux, y compris le laiton, le cuivre, le bronze, le fer ou l’acier. En plus de leur objectif fonctionnel, les seppa servaient également d’éléments décoratifs et étaient souvent gravés de motifs élaborés.

Tsuba

tsuba katana

Une tsuba est un garde-main monté sur un sabre japonais. Les tsuba étaient à l’origine conçues pour protéger la main tenant l’épée, mais plus tard, ils sont devenus plus ornementaux. Il existe de nombreux styles de tsuba, chacun ayant son propre design. Certains des modèles de tsuba les plus populaires incluent le tsuba du dragon, le tsuba du phénix et le tsuba du tigre.

Fuchi

katanafuchi

Un katana fuchi est une petite pièce décorative qui est attachée à la poignée du katana (tsuka). Il sert à la fois à des fins fonctionnelles et esthétiques, offrant une protection pour la poignée du katana et ajoutant une couche supplémentaire de décoration.

Le katana fuchi est généralement fabriqué à partir de laiton, de cuivre ou d’autres métaux, et est souvent décoré de manière complexe avec des sculptures, des gravures ou des incrustations.

Le katana fuchi est une partie importante du katana et joue un rôle vital à la fois dans sa fonction et son esthétique. En protégeant la poignée du katana et en ajoutant du poids supplémentaire à la poignée, cela aide à créer une arme bien équilibrée et fonctionnelle.

Tsuka itō

tsuka ito katana

Tsuka ito est une corde japonaise traditionnelle utilisée pour envelopper la poignée d’une épée. Cela se fait traditionnellement à l’aide d’une bande de tissu ou de cuir, qui est ensuite enroulée autour de la poignée et attachée en place. Le Tsukamaki (emballage de la poignée) est une partie importante de la fabrication de l’épée, car il contribue non seulement à améliorer la prise en main de l’épée, mais ajoute également à son attrait esthétique.

Samegawa

Samégawa

Samegawa, également appelé « Same » ou « Samehada » est le mot japonais pour « peau de requin ». C’est un matériau populaire utilisé dans la fabrication du manche du katana, en raison de sa durabilité et de sa résistance à l’usure.

Mekugi

mékugi

Les mekugi sont de petites épingles en bois ou en os utilisées pour fixer les écailles de poignée (tsuka) d’un katana en place. La lame du katana (tachi) est également insérée dans le Mekugi, qui passe à travers un trou dans la soie (nakago). Il peut y avoir un ou plusieurs Mekugi dans un katana, selon la conception de l’épée.

Menuki

katana menuki

Les menuki sont de petites décorations qui étaient traditionnellement utilisées pour orner le manche d’une épée. Les menuki sont généralement fabriqués à partir de métal, mais peuvent également être fabriqués à partir d’autres matériaux tels que le bois, l’ivoire ou l’os.

Kashira

kashira katana

Le kashira est un petit pommeau rond qui se trouve à l’extrémité de la poignée et aide à équilibrer l’épée. Il sert également d’élément décoratif et de nombreux kashiras sont finement sculptés de motifs tels que des fleurs ou des animaux.

Fourreau Katana

Saya katana

katana saya

Un saya est un fourreau japonais traditionnel, généralement utilisé pour tenir et protéger un katana. Les sayas sont fabriqués à partir de divers matériaux, dont le bois, la corne de buffle et la laque. Le mot « saya » signifie « fourreau » en japonais, tandis que « katana » est le mot pour « épée ». Le saya katana était généralement porté avec le bord vers le haut, afin qu’il puisse être tiré rapidement dans un combat.

Sageo

katana sageo

Un sageo est un cordon utilisé pour fixer une épée japonaise (katana) à la taille. Il est généralement fait de soie ou de coton et mesure environ 3 pieds de long. Le sageo est passé à travers le deuxième trou (himo) du fourreau (saya), puis noué autour de l’obi (ceinture). Le sageo sert à deux fins : il sécurise l’épée à la taille afin qu’elle ne soit pas perdue, et il empêche le fourreau de cliqueter.

Le sageo est également utilisé pour fixer l’épée dans le fourreau lors de son transport sur l’épaule (muna-dori). Dans ce cas, le sageo est passé dans le himo puis autour du cou.

Lorsqu’il n’est pas utilisé, le sageo est souvent enroulé autour de la poignée de l’épée (tsuka) ou glissé dans l’obi.

Kurikata

Kurikata est un petit bouton ou projection situé à l’arrière d’une épée japonaise, près de la poignée. Il servait à plusieurs fins, notamment fournir une place pour le pouce lors d’une utilisation à deux mains et aider à équilibrer l’épée. Dans certains cas, les kurikata étaient également utilisés comme endroits pour attacher des glands ou d’autres décorations.

Les kurikata étaient généralement en métal et avaient parfois des éléments décoratifs tels que des sculptures ou des incrustations. Le kurikata sur un katana est généralement situé à mi-chemin sur la longueur de la poignée, près de la tsuba (garde-main).

Bien que les kurikata ne soient plus nécessaires pour la fonction ou l’équilibre des sabres japonais modernes, ils sont encore souvent inclus pour des raisons esthétiques. De nombreux amateurs d’épées pensent qu’une épée n’est pas vraiment complète sans un kurikata.

SHARE THIS ARTICLE

YOU MAY ALSO LIKE

La requête actuelle ne contient aucun message. Veuillez vous assurer d’avoir publié les éléments correspondant à votre requête.