logo katana no sekai

Mythes et idées fausses courants sur le Daishō japonais traditionnel

Il n’était pas rare que les guerriers samouraïs du Japon féodal portent deux épées au lieu d’une seule. Connu sous le nom de daisho , cette pratique a des racines profondes cimentées dans l’histoire du Japon. Pendant des centaines d’années, les guerriers samouraïs portaient une épée longue et une épée courte, leur permettant d’engager leurs ennemis dans une variété d’environnements et de circonstances. Mais il existe plusieurs mythes et idées fausses courants autour du daishō, dont certains que nous allons explorer dans cet article de blog.

Seuls les guerriers samouraïs l’ont pratiqué

Certaines personnes croient que seul un nombre restreint de guerriers samouraïs pratiquaient le daishō. La vérité, cependant, est que presque tous les guerriers samouraïs portaient deux épées. En effet, le gouvernement japonais a adopté une loi en 1629 obligeant les guerriers samouraïs à pratiquer le daishō pendant leurs fonctions officielles. Ceux qui ne le faisaient pas enfreignaient essentiellement la loi et pouvaient donc être réprimandés.

Les forgerons fabriquaient les deux épées en même temps

Certains forgerons ont forgé simultanément les épées longues et courtes afin de pouvoir obtenir un style cohérent et similaire. D’autres, cependant, les ont produits à des moments différents. De plus, les guerriers samouraïs du Japon féodal achetaient souvent une longue épée à un forgeron et une épée courte à un autre forgeron, ce qui signifie que les paires d’épées pour daishō n’étaient pas toujours forgées et vendues ensemble.

Cela a toujours impliqué le Katana et le Wakizashi

Un katana et un wakizashi étaient la paire d’épées la plus populaire portée par les guerriers samouraïs qui pratiquaient le daishō. Avec une longueur de lame moyenne de seulement 12 à 14 pouces (30 à 60 cm), le wakizashi était une arme redoutable parfaite pour le combat rapproché. Cela dit, tous les guerriers samouraïs ne portaient pas ces deux épées. Beaucoup préféraient d’autres combinaisons d’épées, comme un tanto et un katana. La seule exigence pour le daisho était qu’il consistait en une épée longue et une épée courte. Les guerriers samouraïs pouvaient choisir leurs propres épées spécifiques avec lesquelles pratiquer le daishō.

C’est encore ouvertement pratiqué aujourd’hui

Daishō n’est pas ouvertement pratiqué au Japon aujourd’hui. Alors que les guerriers samouraïs devaient autrefois porter une épée longue et une épée courte, le gouvernement japonais a depuis interdit la pratique du port d’épées en public par la plupart de la population. Cette interdiction a été promulguée à la fin des années 1800 et est restée en vigueur depuis. Il existe encore quelques exceptions, telles que les performances d’escrime, mais la majorité de la population japonaise est désormais interdite de pratiquer le daishō ou de porter des épées en public.

SHARE THIS ARTICLE

YOU MAY ALSO LIKE

La requête actuelle ne contient aucun message. Veuillez vous assurer d’avoir publié les éléments correspondant à votre requête.