logo katana no sekai

5 faits sur l’art martial japonais Sojutsu

Le sojutsu est un art martial traditionnel japonais datant du début de la période féodale de la région. Alors que d’autres styles d’arts martiaux à l’époque se concentraient principalement sur le combat au corps à corps ou sur l’utilisation d’épées, le sojutsu était unique en ce sens qu’il se concentrait sur l’utilisation de la lance. Aujourd’hui, nous allons explorer cet art martial traditionnel japonais, en révélant cinq faits amusants à son sujet que vous ne saviez probablement pas.

#1) Sojutsu signifie « l’art de la lance »

Le mot « sojutsu » est littéralement traduit par « art de la lance ». C’est une définition appropriée étant donné que le sojutsu tourne autour du combat avec la lance, en particulier le yari. Les pratiquants de sojutsu effectuent des attaques comprenant des coups tranchants, perçants et vers le bas, tout en utilisant le yari ou un type de lance similaire.

# 2) Les lances étaient préférées par de nombreux guerriers samouraïs pendant le Japon féodal

Le sojutsu a gagné en popularité pendant le Japon féodal, car de nombreux guerriers samouraïs cherchaient à posséder et à utiliser une lance au lieu d’une épée. Les épées japonaises traditionnelles comme le katana et le wakizashi sont restées les armes les plus populaires parmi les guerriers samouraïs. Mais certains guerriers samouraïs préféraient encore les lances aux épées comme celles-ci parce qu’elles étaient moins chères et nécessitaient moins d’entraînement pour les utiliser. En fait, la plupart des guerriers samouraïs pouvaient simplement pratiquer le sojutsu pour améliorer leur maîtrise de la lance.

#3) Il y avait autrefois 450 écoles de Sojutsu au Japon

Bien qu’il n’ait jamais atteint le même niveau de popularité que le kenjutsu ou le kendo, le sojutsu était toujours un art martial populaire et largement pratiqué au Japon. Selon Wikipedia, il y avait autrefois 450 écoles de sojutsu actives au Japon. Le nombre d’écoles de sojutsu au Japon a depuis diminué, bien qu’il existe encore quelques dizaines d’organisations qui enseignent cet art martial traditionnel japonais vieux de plusieurs siècles.

#4) Il a atteint une popularité maximale après les invasions mongoles

Le sojutsu a atteint un pic de popularité au Japon immédiatement après les invasions mongoles de 1274 à 1281. Lorsque les Mongols ont attaqué le Japon, ils se sont fortement appuyés sur des divisions à cheval ainsi que sur des fantassins armés de lances. Les Japonais ont vu l’efficacité de ces fantassins armés de lances. Et tandis que le Japon a réussi à repousser ses envahisseurs mongols, ils ont appris le pouvoir de la lance de leurs ennemis, ce qui a entraîné une nouvelle popularité pour le sojutsu.

#5) Il était souvent pratiqué avec une lance à pointes

La lance utilisée dans le sojutsu, connue sous le nom de yari, était souvent conçue avec une tête à deux ou trois dents. Plutôt que d’avoir un seul point à la pointe, par exemple, il comportait deux ou trois points. Les lames réelles ont été forgées presque exclusivement en acier tamahagane à haute teneur en carbone, permettant un niveau de résistance supérieur. Le manche du yari, quant à lui, était généralement fait de bois dur recouvert de lamelles de bambou.

SHARE THIS ARTICLE

YOU MAY ALSO LIKE

La requête actuelle ne contient aucun message. Veuillez vous assurer d’avoir publié les éléments correspondant à votre requête.